BBC Monthey Chablais | Parole à notre directeur sportif
1625
post-template-default,single,single-post,postid-1625,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.9,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive
 

Parole à notre directeur sportif

Parole à notre directeur sportif

Patience, patience… 

La question du temps de jeu des jeunes joueurs a toujours été un débat à Monthey et c’est une bonne chose. Cela démontre l’intérêt des fans du club pour son avenir. Cela démontre aussi, qu’au-delà des résultats, certes importants, il y a autre chose, d’autres valeurs, que nous devons promouvoir pour maintenir l’attrait du club auprès de ses soutiens. Mais l’équation n’est pas simple à résoudre. Déclarer que nous souhaitons laisser de la place aux jeunes n’est ni suffisant ni gage de réussite. Un talent doit être encadré, doit progresser, doit gagner sa place et ne doit surtout pas être assuré d’un quelconque temps de jeu. En outre, tout cela doit se faire en parfaite harmonie avec le coach et les joueurs cadres de l’équipe, sous peine de déséquilibrer l’édifice et de créer des frustrations. Il ne faut rien promettre et nous n’avons rien promis, si ce n’est que le travail et le talent seront récompensés. Par contre il faut donner sa chance, oser et prendre des risques. Mais tout cela prend du temps et la saison ne fait que débuter.

Si les départs de Ludovic Grau et de David Fosserat sont dommageables pour le club et son image, nous comprenons et acceptons les raisons qu’ils ont invoquées pour justifier leur décision et ne souhaitons pas les commenter. Toutefois, tout en écoutant attentivement les commentaires de nos supporters, nous devons garder la tête froide et ne pas remettre en cause le travail d’un coach et d’un club sur la seule base de ces deux démissions.

En choisissant de ne démarrer le championnat qu’avec trois étrangers, en choisissant de donner des responsabilités importantes à des joueurs suisses expérimentés comme Bavcevic, Maruotto et Mazza, en faisant le pari de faire de Boris Mbala, 22 ans seulement, un joueur majeur de cette équipe et de Dan Solioz, 22 ans également, le deuxième meneur de cette équipe, et en maintenant notre confiance en Thomas Fritschi et Kevin Blaser, Manu Schmitt a parfaitement compris et intégré la philosophie qui était la nôtre au BBC Monthey et démontré par là sa volonté de prendre des risques. En outre, cette équipe a été construite pour progresser au cours du temps et un groupe ne devient meilleur que si ses membres s’améliorent aussi. Faisons confiance à notre entraîneur et laissons-le travailler sereinement. Un coach n’a aucune raison de se priver de ses meilleurs éléments. Les performances de Mbala et Solioz depuis le début de la saison le prouvent. Fritschi et Blaser suivront à coup sûr, mais ils devront mériter leur place, car dans le sport de haut niveau rien n’est donné ni acquis.

Alors soyons patients, soutenons, poussons et applaudissons les performances ne notre équipe et en particulier de ses jeunes joueurs qui le méritent. La saison est encore très longue. Chacun aura un rôle à jouer.

Sébastien Roduit